Artéfact
Dans plusieurs domaines scientifiques, un artéfact est un phénomène ou un signal artificiel dont l'apparition, liée à la méthode utilisée lors d'une expérience, provoque une erreur d'analyse. Dans une image numérique, un artéfact désigne tout pixel dont la couleur a été générée de manière aléatoire.
 
Barocline
Désigne la variation de pression avec l'altitude par atmosphère calme, liée à la diminution de densité de l'air. En météorologie une perturbation barocline est une perturbation du champ de pression et est caractérisée par un fort gradient horizontal de température et un fort vent thermique. En océanographie, c'est une quantité dont la valeur moyenne est nulle sur toute la verticale (ex. vitesse barocline). C'est un terme complémentaire du mot barotrope. La vitesse barocline représente le cisaillement vertical (différences de vitesse entre les différentes couches d'eau présentes le long de la verticale).
 
Barotrope
En océanographie, c'est une quantité moyennée sur la verticale (ex. vitesse barotrope). Une vitesse barotrope est constante de la surface au fond. Cette vitesse est le plus souvent faible dans le domaine hauturier, mais forte en côtier.
 
Bathymétrie
Equivalent sous-marin de la topographie, c'est-à-dire description du relief immergé grâce aux mesures de profondeurs
 
Circulation
- Circulation d'Ekman : circulation induite par le vent. Le vent agit directement sur la couche superficielle de l'océan. Cette couche a une épaisseur d'environ 100 mètres (couche d'Ekman). Les courants induits par le vent dans l'hémisphère nord ont une vitesse en surface qui fait un angle vers la droite (la gauche dans l'hémisphère sud) (entre 30 et 60° selon la latitude). En profondeur, la vitesse décroît et décrit une spirale dite spirale d'Ekman. L'action directe du vent sur l'océan est donc limitée à une couche superficielle. La réponse de l'océan "intérieur" au forcing du vent est indirecte et la dynamique associée est bien plus subtile. La convergence ou divergence des transports d'Ekman induisent en effet des petits mouvements verticaux qui mettent ensuite en mouvement la circulation intérieure (en équilibre géostrophique).
- Circulation géostrophique : circulation océanique théorique résultant de l'équilibre entre les forces de pression horizontales au sein des masses d'eau et les forces d'accélération liées à la rotation de la Terre.
- Circulation thermohaline : c'est la circulation d'eau de mer induite par les différences de température (thermo) et de salinité (haline). Ces différences entraînent des différences de densité. L'eau de surface en provenance des régions chaudes du globe pénètre dans les régions polaires, se refroidit et gèle. En gelant, elle libère du sel. Salée et froide, l'eau polaire coule à de grandes profondeurs et circule au fond des bassins. L'eau de surface doit remplacer l'eau de mer qui a coulé, tel un tapis roulant.
Dans l'atlas, le terme circulation désigne les courants qui sont générés par le vent, les gradients thermohalins moyens existants à grande échelle dans le golfe du Lion, et la houle. Ce dernier forçage correspond à une contribution originale et suffisamment rare pour être signalée.
 
Courant
- courant de marée : courant causé par le déplacement des masses d'eau au cours du cycle de marée.
- courant marin : désigne tout déplacement d'une masse d'eau océanique.
- les courants planétaires sont l'image du déplacement des masses d'eau océanique sous l'effet de la rotation de la Terre. Certains se déplacent en surface, quand les masses d'eau transportées sont chaudes (cas du « Gulf Stream », en particulier), ou profond, quand les masses d'eau sont froides (courant « arctique ou antarctique »).
 
Décote
Hauteur d'eau observée en un endroit et à une heure donnée, inférieure à la hauteur attendue par rapport au coefficient de marée du jour lorsqu'on se place en contexte macrotidal, ou par rapport au niveau moyen lorsque la marée peut être négligée. Ce phénomène résulte le plus souvent de hautes pressions atmosphériques, parfois d'un fort vent de terre.
 
Dérive longshore
Déplacement le long du rivage de matières déposées sur le littoral (quelle que soit son acceptation, sa profondeur, ...) par les courants, les vagues, les vents... En l'absence de spécification sur la nature de ce qui est transporté, la dérive littorale concerne principalement l'eau. Par extension et abus de langage, l'expression a voulu aussi désigner les mouvements sédimentaires. Mais le sens premier demeure; il est préférable de parler de "courants de dérive" pour désigner les courants littoraux, et de "transport sédimentaire" pour parler des sédiments, quels qu'ils soient.
 
Forçage
Champ de forces extérieures qui agissent sur le milieu et provoquent des mouvements ou des changements d'état.
 
Golfe
Vaste rentrant du littoral, souvent de l'ordre de grandeur de la centaine de kilomètres. Ils sont le plus souvent largement ouverts vers le large.
 
Gradient
Taux de variation d'un paramètre en fonction de la distance.
 
Grau
En région méditerranéenne désigne une passe reliant une lagune ou un étang littoral à la mer.
 
Gyre
= Tourbillon : Terme utilisé dans le milieu marin, pour désigner les structures tourbillonnaires caractéristiques de la turbulence océanique à moyenne échelle (~100 km). Pour les grandes échelles, comme les grandes circulations anticycloniques à l'échelle d'un bassin océanique, on parle plutôt de « gyre ».
 
Haut-fond
Aire marine de faible profondeur, constituant un danger pour la navigation.
 
Houle
Partie de l'état de la mer (vagues) qui n'est pas générée par le vent local. Du fait de sa source éloignée la houle offre généralement une apparence plus régulière que la mer du vent. Les houles de grande période peuvent se propager sur des dizaines de milliers de kilomètres.
 
Incidente (houle -)
Houle qui arrive directement à la côte, sans avoir été réfléchie par un obstacle.
 
Intertidal
zone de balancement des marées (découverte à basse mer ). On qualifie une espèce qui vit dans cette zone d'espèce intertidale.
 
Isobathe
Sur une carte marine, ligne joignant entre eux les points de même profondeur.
 
Isohaline
Courbe d'égale concentration en sel. C'est-à-dire, sur une carte, la ligne joignant les points d'égale salinité.
 
Jet de rive
Nappe d'eau, d'épaisseur décroissante vers le haut, qui monte sur un rivage, sous l'impulsion que lui a donnée une vague lors de son déferlement. La montée du jet de rive se fait dans la direction dans laquelle allait la vague (donc pas obligatoirement suivant la ligne de plus grande pente).
 
Lagune
Etendue d'eau côtière salée ou saumâtre, presque totalement fermée par un cordon de sables et de galets, c'est-à-dire en liaison restreinte avec la mer (par des " passes " ou " graus ")
 
Lambert (projection de ...)
C'est une méthode de projection conique d'une sphère sur une surface plane mise au point en 1772 par J.H. Lambert. Elle constitue encore à l'heure actuelle le système officiel français mis en œuvre par l'I.G.N. C'est une projection conforme et directe où les parallèles sont représentées par des cercles concentriques et les méridiens par des droites concourantes.
 
Lame de fond
Phénomène suivant lequel une onde interne parvenant à la côte provoque une surélévation parfois très forte (jusqu'à 2 m) et assez durable du niveau moyen instantané de la mer.
 
Large
Partie de la mer sur laquelle on ne dispose plus de repères à terre (syn. : pleine mer)
 
Latitude
Distance angulaire entre un point de la surface du globe terrestre et le plan de l'équateur. Elle est exprimée en degrés ou en grades.
 
Longitude
Distance angulaire entre un point (lieu) de la surface de la terre et le plan d'un méridien choisi comme origine (Greenwich). Elle est comptée de 0 à 180 degrés à l'Ouest et de 0 à 180 degrés à l'Est.
 
Marée
Phénomène ondulatoire dû à l'attraction du soleil et de la lune qui affecte la surface des océans.
 
Marnage
Différence de hauteur d'eau, observée ou calculée, en un lieu et pour un jour donné entre le niveau de haute mer et le niveau de basse mer.
 
Masse d'eau
désigne un important volume d'eau océanique possédant des caractéristiques spécifiques de température et de salinité (donc de densité) et présentant une certaine extension horizontale et verticale.
 
Mer du vent
Partie de l'état de mer (vagues) sous l'influence génératrice du vent local. Il s'agit de l'état de mer tout entier en absence de houle, par exemple dans une étendue d'eau fermée sur laquelle souffle un vent homogène. La mer du vent se transforme progressivement en houle lorsque le vent faiblit.
 
Métadonnées
Les métadonnées ont pour objectif de fournir de l'information sur les données intégrées dans un système d'information pour mieux apprécier leur qualité et leur validité et en faire une utilisation pertinente. Elles portent généralement sur l'historique des données, de leur mesure à leur saisie informatique, la précision de localisation, la précision des valeurs attributaires, la cohérence logique avec d'autres ensembles de données, l'exhaustivité qui porte sur les problèmes de discontinuité des données dans le temps et l'espace.
 
Modèle mathématique
Un modèle mathématique est une représentation simplifiée d'un système qui peut être décrit par des équations mathématiques. Celles-ci sont dérivées des théories de la physique, de la chimie ou de la biologie. Les résultats obtenus après résolution de ces équations constituent une " simulation " du comportement du système.

Il existe toutes sortes de modèles selon le système que l'on veut reproduire. En océanographie côtière, les modèles s'intéressent aux masses d'eau, à leurs mouvements, à leur mélange et à leurs constituants (éléments nutritifs, oxygène, matériel organique et minéral, matière vivante, phytoplancton, zooplancton, poissons, produits chimiques etc.).

Les modèles de transport multivariable sont destinés à l'étude du transport de plusieurs constituants de l'eau, qui peuvent être dissous ou particulaires (en suspension dans l'eau). Ces modèles doivent tenir compte du mouvement des masses d'eau dans lesquelles ces variables sont transportées ; c'est pourquoi ils sont constitués d'un modèle hydrodynamique et d'un modèle de transport. Le modèle hydrodynamique résout les équations de conservation de la quantité de mouvement et de conservation de la masse d'eau. Le modèle de transport résout les équations de conservation de la masse pour chaque variable dissoute ou en suspension dans l'eau. (Ces équations sont également appelées : équations d'advection/dispersion).

Les modèles de processus physiques étudient plus spécifiquement les phénomènes physiques que le modèle de transport multivariable intègre de façon explicite ou plus ou moins empirique dans la représentation générale du milieu. Les modèles de processus étudient l'évolution de certains forçages ou bien des processus d'échelles différentes qui viennent interférer avec le comportement général de la masse d'eau ou des sédiments.

On met ainsi en oeuvre des modèles unidimensionnels (1D), bidimensionnels (2D) ou tridimensionnels (3D). Un modèle unidimensionnel peut être adapté à un fleuve ou à un estuaire peu large et bien mélangé sur la verticale mais ne peut reproduire les gradients transversaux dus à un méandre par exemple. Un modèle bidimensionnel horizontal, qui moyenne les variables sur la hauteur d'eau, ne peut simuler les inversions de courants sur la verticale dues à une stratification entre les eaux marines et les eaux douces. Il ne fera pas la différence entre le transport d'une variable en surface en général plus rapide que celui d'une variable du fond où les courants sont moins forts. Le modèle tridimensionnel prend en compte les gradients transversaux et verticaux.
 
Modélisation
Représentation mathématique de lois physiques, chimiques ou biologiques permettant de décrire ou simuler des mécanismes.
 
Moyenne
Valeur obtenue en additionnant un ensemble de valeurs unitaires d'une grandeur et en divisant cette somme par le nombre de ces valeurs. Ne pas confondre avec médiane.
 
Niveau moyen
Concept : ce serait en bathymétrie le niveau de la mer en l'absence de marée et sous une pression atmosphérique de 760 mm de mercure (= 1.013 millibars ou hectoPascals).
 
Onde de tempête
Importante élévation du niveau de l'eau le long d'une côte, généralement provoquée par des vents de tempête
 
Paramètre
Grandeur à fixer librement, maintenue constante, dont dépend une fonction de variables indépendantes, une équation ou une expression mathématique.
 
Pixel
Unité de surface permettant de définir la base d'une image numérique.
 
Plateau continental
En droit de la mer, le plateau continental d'un état côtier comprend les fonds marins et leur sous-sol au-delà de la mer territoriale, sur toute l'étendue du prolongement naturel du territoire terrestre de cet état jusqu'au rebord externe de la marge continentale, ou jusqu'à 200 milles de lignes de base à partir desquelles est mesurée la largeur de la mer continentale, lorsque le rebord externe de la marge continentale se trouve à une distance inférieure.

La limite extérieure du plateau continental est toutefois limitée dans tous les cas à 350 milles des lignes de base, sauf circonstances spéciales.

On dit aussi plateau continental juridique. (d'après le dictionnaire hydrographique international - 1998).
 
Pression atmosphérique
Force exercée sur tout corps entouré par l'atmosphère par le poids de la colonne d'air située au-dessus de lui. La pression moyenne au niveau de la mer est de 1013 mb. Cette pression diminue avec l'altitude (voir barocline).
 
Profil
En bathymétrie : tracé linéaire représentant les variations de profondeur le long de l'itinéraire suivi.
 
Propagation
fait pour un phénomène, un événement, né en un endroit donné de s'étendre progressivement vers et dans les aires voisines.
 
Réfraction
Transformation de la propagation d'une onde quand se modifie le milieu qu'elle traverse. La réfraction des houles est due à la diminution de la profondeur qui ralentit la progression de l'onde : la période est inchangée, mais la longueur d'onde diminue.
 
Résolution
Dimension de la maille du modèle. Plus la résolution est fine, plus les phénomènes que l'on peut modéliser sont fins.
 
Rose des vents
Figure sur laquelle on a reporté pour chacun des vents balayant une région, sa fréquence, ou sa force, ou une combinaison des deux.
 
Stratification
(Et par opposition : déstratification) Création / destruction d'une différence de densité entre 2 ou plusieurs couches d'eau superposées. Seules les situations de diminution de la densité de la couche supérieure sont stables ; ceci peut être causé par l'apport en surface de chaleur solaire (stratification thermique) ou d'eau douce continentale (stratification haline). La combinaison des deux phénomènes crée une stratification thermohaline. La turbulence créée par le frottement du vent en surface et du courant sur le fond tend à détruire la stratification.
 
Thermocline
zone de transition entre deux masses d'eau de températures différentes et se mélangeant difficilement.
 
Topographie
discipline technique qui fixe les règles à suivre pour mesurer et décrire objectivement les formes du terrain à terre et sur l'estran. Par extension, ces formes elles-mêmes.
 
Train de vagues
Ensemble de vagues de caractéristiques variables.
 
Trait de côte
Ligne qui marque la limite jusqu'à laquelle peuvent parvenir les eaux marines; c'est-à-dire la limite la plus extrême que puissent atteindre les eaux marines.
Mais aussi : l'extrémité du jet de rive lors des fortes tempêtes survenant aux plus hautes mers de vives eaux. Elle est définie par le bord de l'eau calme lors des plus hautes mers possibles.
 
Transgression
Avancée de la mer vers le continent, pouvant être due à une surélévation du niveau marin relatif ou à une érosion du rivage.
 
Transect
Levé ou relevé, réalisé transversalement par rapport à un espace souvent étiré longitudinalement. Il est constitué d'une série cohérente d'observations qui ont pour but de déterminer s'il existe dans l'espace concerné une zonation disposée parallèlement à son grand axe.
 
Transit
Fait de passer dans un lieu sans y séjourner.
Ainsi, un sédiment en transit est celui qui n'est présent en un point de la côte que pendant une courte durée, avant de continuer sa migration.
 
Typologie
- analyse d'un problème complexe permettant de le découper et d'aboutir à une classification.
- science de l'élaboration des types facilitant l'analyse d'une réalité complexe et la classification. .
 
Upwelling
Mouvement d'eaux profondes vers la surface, généralement sous l'effet de la divergence ou, près de la côte, sous l'effet d'un vent portant au large et entraînant dans son mouvement les eaux superficielles.
 
Validation (d'un modèle)
Comparaison (visuelle et/ou statistique) de mesures (de terrain ou expérimentales) avec les résultats d'un modèle. Cette validation est réalisée avec plusieurs séries de mesures effectuées dans différentes conditions.
 
Variable
Terme indéterminé qui, dans une relation ou une fonction, peut être remplacé par divers termes déterminés qui en sont les valeurs.
 
Vent
Vent de mer : vent qui souffle de la mer vers la terre, en créant en mer du clapot.
Vent de terre : vent qui souffle de la terre vers la mer. S'il est assez fort, il repousse vers le large les eaux côtières superficielles et provoque un upwelling. Ce sont souvent (notamment en été) des vents thermiques liés au gradient de température entre mer et terre (i.e. : à la différence de vitesse de refroidissement - réchauffement de la mer et de la terre).
 
Zone intertidale
Zone marine qui découvre à marée basse.